Ce site web utilise des cookies de profilage de tiers pour fournir des services correspondant aux préférences que vous révélez lorsque vous y naviguez. En continuant à naviguer sur ce Site web, vous consentez à l’utilisation de ces cookies. Si vous souhaitez vous y opposer, veuillez lire les instructions incluses dans notre Politique de cookies.
Autoriser tous les cookies

Il y a 80 ans, Maserati a gagné les 500 miles d’Indianapolis

Maserati 8 CTF - Indianapolis500 - 1939

Première victoire d’un fabricant européen après une longue pause

Modène, 31 mai 2019 - Maserati a célébré hier le 80ème anniversaire de la fantastique victoire de la Maserati 8CTF à 500 milles d'Indianapolis. Le dimanche 30 mai 1939, la Maserati 8CTF pilotée par Warren Wilbur Shaw, âgé de 27 ans, franchissait la ligne d’arrivée en première position après une course de 4 heures et 20 minutes à une vitesse moyenne de plus de 115 miles/heure (soit 185 km/h). Wilbur Shaw, natif de l’Indiana, fait encore partie du prestigieux groupe des 5 pilotes les plus titrés de l’histoire d’Indianapolis, avec 3 victoires (1937, 1939 et 1940, les deux dernières au volant d’une 8CTF) et 3 secondes places (1933, 1935 et 1938), sur un total de 13 participations.

Il ne s’agissait pas de la première expérience aux États-Unis pour la marque au Trident, car Alfieri Maserati avait déjà été invité à participer à un certain nombre de courses en Amérique au début des années 1930. Par la suite, la vente de parts de l’entreprise au groupe Orsi en mai 1937 permit aux frères Maserati de se concentrer sur la conception de nouvelles voitures de course. À l’époque, la Commission sportive internationale avait décidé de modifier le règlement de la Formule internationale avec une limitation à partir de 1938 de la cylindrée en fonction du poids de la voiture, portée à 3’000 cm3 pour les modèles avec compresseur. Ernesto Maserati décida de baser le développement et la construction d’une nouvelle monoplace, la 8CTF, sur ces nouvelles règles. Le châssis reprenait la disposition standard pour les monoplaces de l’époque, avec deux longerons profilés en acier et des traverses, tandis que la voiture était équipée d’un moteur à 8 cylindres en ligne constitué de deux groupes de 4-cylindres monobloc avec culasse intégrée, d’où le nom « 8CTF », c’est-à-dire 8 cylindres « Testa Fissa », tête fixe.

Maserati 8 CTF - Indianapolis500 - 1939

La cylindrée était de 2’991,4 cm3 avec un taux de compression de 6,5:1. Le moteur était suralimenté, avec deux carburateurs et deux compresseurs volumétriques. Le système de distribution, avec deux soupapes par cylindre en V à 90°, était entraîné par un double arbre à cames en tête. 

La Maserati 8CTF arriva à Indianapolis après avoir participé à de nombreuses courses en 1938 qui avaient révélé son grand potentiel : Le comte Carlo Felice Trossi avait été en tête du Grand Prix de Tripoli pendant plusieurs tours, et était parti en pole position lors de la Coppa Ciano. Le légendaire Luigi « Gigi » Villoresi avait réalisé le tour le plus rapide de la Coppa Acerbo. Ces résultats avaient attiré l’attention d’un certain nombre de clients, qui avaient passé plusieurs commandes. C’est ainsi qu’une Maserati 8CTF fut vendue à l’écurie américaine Boyle Racing Headquarters, basée à Chicago et appartenant à l’Irlandais Michael Joseph « Mike » Boyle. Ce pilote, passionné de sport automobile depuis son plus jeune âge, s’était fixé l’objectif de remporter la course la plus célèbre d’Amérique, l’Indianapolis 500, avec une voiture achetée par lui-même et préparée par son équipe. Avant d’acquérir la Maserati 8CTF, Boyle avait participé à plusieurs éditions de cette prestigieuse compétition à bord d’autres monoplaces : Summers, Cooper, Smith, sous les noms de Boyle Products/Henning, Boyle Motor Products ou encore IBEW Boyle Racing.

Maserati 8 CTF - Indianapolis500 - 1939
Maserati 8 CTF - Indianapolis500 - 1939

Au début de 1939, le directeur de l’équipe de Boyle, Harry W. « Cotton » Henning, arriva à Bologne pour acheter une 8CTF à Maserati. Une fois livrée en Amérique, la voiture fut préparée pour la course avec des roues plus grandes et des pneus Firestone, et peinte dans la couleur amarante de Boyle Racing Headquarters. Inscrite sous le nom de « Boyle Special » et avec Warren Wilbur Shaw au volant, la monoplace obtint le troisième meilleur temps lors des qualifications (à une vitesse moyenne de 129 miles par heure, soit 207,7 km/h) et remporta la course le 30 mai 1939 après avoir effectué 51 tours en tête, malgré une lutte acharnée avec la Stevens-Winfield de Louis Meyer et l’Adams-Sparks de Jimmy Snyder. Il s’agit d’une victoire historique pour Maserati, car aucune voiture européenne n’avait remporté les 500 miles d’Indianapolis depuis 1919.

La victoire de 1939 permit à Maserati de se faire connaître au niveau international ; c’est pourquoi 4 monoplaces Maserati (dont celle de Shaw) participèrent à l’édition 1940 de la compétition. Wilbur Shaw remporta à nouveau la course en 1940, confirmant ainsi la supériorité de la 8CTF en termes de vitesse, de fiabilité sur de longues distances et d’excellente tenue de route. Ces victoires sur ce mythique circuit américain ont conféré un prestige unique à Maserati, prestige renforcé par le fait qu’au cours de l’après-guerre, les voitures 8CTF se sont illustrées non seulement sur la piste d’Indianapolis elle-même, mais aussi sur d’autres circuits des États-Unis.

L’incroyable carrière de la 8CTF, l’une des plus longues et des plus glorieuses de l’histoire de l’histoire des monoplaces, s’est conclue en 1950, lorsque Bill Vulcanich ne réussit pas à se qualifier pour les 500 miles d’Indianapolis de cette année.

Maserati 8 CTF - Indianapolis500 - 1939
Maserati 8 CTF - Indianapolis500 - 1939

En 2014, la HVA (Historical Vehicle Association) des États-Unis fit inscrire de manière permanente la légendaire Maserati 8CTF dans les annales de la Bibliothèque du Congrès américain : il s’agit de la première voiture de série non américaine à recevoir cet honneur. La documentation, enregistrée dans la catégorie « Standards for Heritage Documentation » du ministère de l'Intérieur, est conservée au sein du NHVR (National Historic Vehicle Register) et du HAER (Historic American Engineering Record).

L'une des trois voitures construites, avec le châssis numéro 3032, celui de la monoplace de Wilbur Shaw ayant triomphé aux 500 miles d’Indianapolis en 1939 et 1940, a été restaurée avec les couleurs qu’elle arborait à l’époque et est actuellement exposée à l’Indianapolis Speedway Museum.

Caractéristiques techniques principales de la 8CTF :
Moteur : 8 cylindres en ligne
Cylindrée: 2’991 cm³
Puissance : 350 ch; 365 ch à partir de 1939
Boîte de vitesse : manuelle à 4 rapports + marche arrière
Châssis : en acier embouti avec longerons et traverses avec profil en C.
Poids : 780 kg
Vitesse de pointe : 290 km/h

Essai sur route

Recherchez le distributeur le plus proche

Ghibli : Consommation normale (l/100 km) combiné: 7,6 – 11,8; Équivalent d’essence ( l/100 km): 8,7; Émissions de CO₂ (g/km) combiné**: 199 – 268; Catégories de consommation du carburant: G – G; Émissions de CO₂ dues à la production de carburant et/ou d’électricité (g/km): 34 – 62

Levante: Consommation normale (l/100 km) combiné: 8,2 – 11,9; Équivalent d’essence ( l/100 km): 9,3; Émissions de CO₂ (g/km) combiné**: 216 – 270; Catégories de consommation du carburant: G – G; Émissions de CO₂ dues à la production de carburant et/ou d’électricité (g/km): 36 – 63
V8 Levante Trofeo*: Consommation normale (l/100 km) combiné : 13,2 – 13,7; Émissions de CO₂ (g/km) combiné*: 308 – 319: Catégorie de conssommation du carburant : G  

Quattroporte: Consommation normale (l/100 km) combiné: 7,6 – 11,8; Équivalent d’essence ( l/100 km): 8,7; Émissions de CO₂ (g/km) combiné**: 199 – 268; Catégories de consommation du carburant: G – G; Émissions de CO₂ dues à la production de carburant et/ou d’électricité (g/km): 34 – 62

Granturismo: Consommation normale (l/100 km) combiné: 13,8; Émissions de CO₂ (g/km) combiné**: 313; Catégorie de consommation du carburant: G; Émissions de CO₂ dues à la production de carburant et/ou d’électricité (g/km): 73

Grancabrio: Consommation normale (l/100 km) combiné: 14,5; Émissions de CO₂ (g/km) combiné**: 328; Catégorie de consommation du carburant: G; Émissions de CO₂ dues à la production de carburant et/ou d’électricité (g/km): 76

--

* Homologation pas encore terminée
** L’émission de CO₂ moyenne de tous les types de véhicules proposés en Suisse (toutes marques confondues) est de 137 g/km