Nous sommes à l’apogée. Votre regard s’attarde sur un point au loin pour mieux percevoir la distance qui reste à parcourir. Trouvez la stase dans le mouvement général. Et quand vous sentez la vitesse, sentez la danse harmonieuse de la technologie et voyez combien l’imagination de l’homme peut devenir grande en mer, et précise sur terre. Prenez-la, faites-la vôtre, elle vous a amené ici par terre et par mer. Directement à la destination d’un voyage qui est un dialogue de technologies avec un profond respect pour tout ce qui est autour. Et grâce à une imagination devenue design, les performances ne sont pas seulement stables, elles sont améliorées. Ce n’est pas la fin, c’est la fin du voyage.

Loin de la baie, le trimaran vire maintenant pour rentrer au port. La Ghibli rebrousse chemin devant un panorama qui surplombe la mer. Tout s’arrête l’instant d’une seconde, le vent, le mouvement, nous, le Marin. Depuis la mer, l’équipage du trimaran lève les yeux vers le sommet de la falaise pour voir un point de lumière blanche que reflète un pare-brise posé sur la puissante grand-voile bleu pétrole. Regardez bien, on le voit jusqu’en haut, là où le Marin salue son voilier, puis vous fait un signe de tête avant de remonter dans la voiture pour le rejoindre.