Nous utilisons des cookies en vue d’optimiser votre visite sur notre site. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons et sur la façon de les désactiver, vous pouvez consulter notre politique en matière de cookies.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.

49ème édition de la Transpac pour les multicoques

C'est la 49e édition de la Transpacifique longue de 2 225 nautiques et reliant Los Angeles (Californie) à Honolulu (Hawaï).

Le trimaran italien fait face à une concurrence redoutable pour cette course, notamment de la part de deux bateaux américains : le MOD70 Phaedo3 de Lloyd Thornburg et le Mighty Merloe de Howard Enloe long de 18 mètres.

Revivez la course !

Le Maserati Multi 70 termine la Transpacifique à Honolulu à la troisième place

Le Maserati Multi 70 skippé par Giovanni Soldini a franchi la ligne d'arrivée de la Transpacifique à Honolulu, sous une pleine lune, le 11 juillet à 11h18 et 55 secondes heure italienne (le 10 juillet à 23h18 et 55 secondes à Hawaï).

Bien qu'ils n'aient pas obtenu les résultats escomptés, les membres de l'équipage du Maserati Multi 70 ont parcouru au total 2 636 nautiques au cours de la traversée qui a duré quatre jours et demi. Ils ont donc pu rassembler de nombreuses données de performance précieuses, qui leur seront très utiles dans leur projet de maîtriser pleinement l'art de voler au large sur des foils.

« C'était la première fois que nous naviguions avec la possibilité de voler sur les deux côtés du bateau, a expliqué Soldini. Nous avons appris beaucoup de choses sur la manière de naviguer à bord de ce bateau, et désormais nous avons énormément de données à analyser sur l'ordinateur. Notre objectif est de créer un tableau précis qui nous aidera à mieux déterminer quelles conditions sont propices pour voler, et quand il vaut mieux éviter.

Nous sommes déterminés à trouver un concept de bateau volant de haute mer et, plus que jamais, nous sommes convaincus qu'il représente l'avenir de la course océanique. Nous devons réfléchir à une manière d'éviter que les déchets marins n'endommagent les safrans, et nous avons quelques idées innovantes à étudier. »

juil.

11

Le Maserati Multi 70 réduit l'écart qui le sépare des premiers dans la dernière étape de la Transpac

Malgré un safran cassé handicapant le Maserati Multi 70, celui-ci a considérablement réduit l'écart qui le sépare des deux multicoques menant la course de la Transpac, le Phaedo3 et le Mighty Merloe.

Les navigateurs de l'équipage, cinq Italiens et deux Espagnols, repoussent leurs limites et celles du bateau afin de rattraper leur retard par rapport à leurs deux rivaux américains.

Malgré le risque constant de perdre le contrôle à bâbord, le Maserati Multi 70 atteint des pics de vitesse de 30 nœuds alors qu'il approche de la ligne d'arrivée de la course de 2 225 milles nautiques à travers le Pacifique, de Los Angeles à Hawaï.

juil.

10

Le Maserati Multi 70 ralenti par une rupture du safran droit après une collision avec un objet flottant non identifié

L'équipage a réussi à récupérer le safran brisé à l'arrière du côté tribord (droit) de la coque du trimaran. Les autres safrans sur bâbord (gauche) et sur les coques centrales sont intacts et l'équipage poursuit sa course vers Honolulu, où se trouve la ligne d'arrivée.

« Nous avancions vite, à 28-30 nœuds, lorsque nous avons entendu un grand bruit, a raconté Soldini ce jour. Nous avons immédiatement arrêté le bateau, et nous avons réussi à récupérer le safran qui était toujours attaché par une corde. C'était une procédure assez difficile car il faisait nuit, et il y avait beaucoup de vent et de vagues ».

juil.

09

Le Maserati Multi 70 prend la tête de la Transpac et se dirige à vive allure vers Hawaï

Le trimaran italien Maserati Multi 70 continue à mener la division des multicoques et se retrouve en tête de la flotte de 55 bateaux participant à la Transpac de la Californie à Hawaï.

Des vents allant de 14 à 16 nœuds ont permis aux navigateurs de maintenir principalement le bateau en mode volant et d'atteindre des vitesses de 30 nœuds.

Les plus gros concurrents de l'équipage, à savoir deux trimarans américains sans foils baptisés Mighty Merloe et Phaedo3, se situaient respectivement à 27,4 et 54,6 milles nautiques derrière lui.

juil.

08

Le Maserati Multi 70 a franchi la ligne de départ de la Transpacifique 2017, située au large de Point Fermin

Les vents faibles du début ont pénalisé le Maserati Multi 70 et ont donné l'avantage à ses plus gros rivaux, les deux trimarans américains très performants – le Phaedo3 et le Mighty Merloe – qui ne sont ni l'un ni l'autre équipés de foils.

Immédiatement après le coup d'envoi, les hommes de Soldini se sont retrouvés dans la dévente des deux bateaux américains, mais ils sont parvenus à virer vers un vent de 8 à 10 nœuds et à se positionner sur une layline vers la pointe ouest de l'île de Catalina située à une distance d'environ 35 nautiques. Une fois là-bas, l'équipage cherchera à mettre le cap vers Hawaï.

juil.

07

Le coup d'envoi de la Transpacifique a lieu aujourd'hui

Pour la première fois, le Maserati Multi 70 fera la course entièrement en mode volant, avec ses deux dérives-sabre volantes soulevant le bateau hors de l'eau. Il est donc le premier trimaran volant naviguant au large.

Soldini et son équipage ont installé un nouveau système de safran sophistiqué sur un côté du bateau ; ils le testeront au cours de la course vers Hawaï afin de déterminer s'il est fonctionnel ou non.

« Avec un bateau volant à foils, nous avons besoin d'un vent de 14 nœuds minimum pour pouvoir nous soulever et bien avancer, a expliqué Soldini. Au début, nous devrons nous montrer ingénieux et lutter pour ne pas laisser les autres nous devancer si les vents sont faibles. En multicoque, les bateaux de course peuvent prendre une avance de 50 nautiques ou plus en seulement quelques heures. »

juil.

06

Essai sur route

Recherchez le distributeur le plus proche
Trouver votre site local