Nous utilisons des cookies en vue d’optimiser votre visite sur notre site. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons et sur la façon de les désactiver, vous pouvez consulter notre politique en matière de cookies.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.
Vista frontale del trimarano Maserati Multi 70

À la conquête du record de la route Hong Kong-Londres

Crédit photo : Pitsfoto

Peu après le coucher du soleil en Chine, c'est sous un ciel nuageux et des vents faibles que le trimaran Maserati Multi 70 a quitté Hong Kong à la conquête du record établi par le Gitana 13 en 2008. L'agent du World Sailing Speed Record Council, l'organisme qui valide les records océaniques, a déclenché le chronomètre à 22 heures 43 minutes et 23 secondes UTC (18h43 en Chine, 11h43 en Italie) lorsque le Maserati Multi 70 a franchi la ligne de départ située entre les lumières de Tai Long Pai et Nga Ying Pal, à la sortie du canal de Tathoong, l'accès Est du port de Hong Kong.

Revivez la course !

LES 1 000 DERNIÈRES NAUTIQUES POUR GIOVANNI SOLDINI ET L'ÉQUIPAGE DU MASERATI MULTI 70

L'arrivée à Londres est prévue vendredi 23 février dans la matinée

Après avoir passé la latitude de Gibraltar (36° N) la nuit dernière, le Maserati Multi 70 a viré de bord pour commencer à se diriger vers les côtes portugaises. Pour le skipper Giovanni Soldini et son équipage, la navigation sur cette dernière portion de la route du record Hong Kong-Londres sera officiellement au près, contre les vents opposés.

 « Nous sommes seulement à 1 000 nautiques. Dans des conditions normales, en naviguant au portant, nous pourrions arriver à Londres en moins de 48 heures, affirme Giovanni Soldini. Mais Neptune en a décidé autrement et depuis quelques jours nous virons au près, d'abord le long des côtes africaines et maintenant européennes. Après la latitude du cap Saint-Vincent, nous arriverons rapidement au-dessus de Lisbonne et nous continuerons à virer vers Calais, avec un renforcement des vents d'est atteignant 25/30 nœuds quand nous serons dans la Manche.

Nous devons essayer d'aller aussi vite que possible, continue Soldini, car plus tard nous arriverons dans la Manche, plus nous aurons de vent. Mais en même temps, nous devons nous assurer du bon fonctionnement du matériel et du bateau qui souffre plus lorsqu'on navigue au près. Notre stratégie est de naviguer près de la côte pour avoir moins de houle et de courant. Ensuite, il nous faudra réussir à maîtriser les courants de la Manche. Dans les jours à venir, les coefficients de marée seront élevés, on s'attend donc à de forts courants. Paradoxalement, c'est encore pire d'avoir des courants en notre faveur et le vent contre nous, car la mer devient alors très agitée et dangereuse. Nous allons devoir faire très attention ».

févr.

19

LE MASERATI MULTI 70 DANS LES ALIZÉS

Giovanni Soldini et l'équipage ne sont plus qu'à 2 700 nautiques de la ligne d'arrivée à Londres

Enfin des vents alizés pour le Maserati Multi 70, le skipper Giovanni Soldini et son équipage. Cette nuit, juste avant l'aube et après avoir lutté pendant deux jours pour traverser une dépression tropicale, le trimaran est entré dans une série d'alizés du nord-est, c'est-à-dire des vents constants.

Dans les prochains jours, leur stratégie et leur route dépendront beaucoup de l'évolution de l'anticyclone des Açores. Souvent concentré sur l'archipel portugais qui lui a donné son nom, cet anticyclone sépare la zone des alizés soufflant plus au sud sous les latitudes tropicales, de la zone des puissants vents d'ouest déterminés par les dépressions qui traversent l'Atlantique Nord d'ouest en est sous nos latitudes, au-dessus de 40° N.

Néanmoins, les conditions météorologiques actuelles et les prévisions des prochains jours ne reflètent pas le schéma classique, comme l'explique Soldini : « L'anticyclone des Açores prend des formes et des positions inhabituelles. Aujourd'hui, il apparaît sous forme de bande qui s'étend du détroit de Gibraltar à la Floride. Dans les 4 ou 5 prochains jours, il devrait s'étendre de l'Irlande aux Açores. Et il n'annonce rien de bon pour nous car il va nous amener du froid et des vents forts est/nord-est, c'est-à-dire des vents opposés. Nous espérons que ces prévisions sont fausses ou qu'elles vont changer entre-temps. Pour l'heure, nous nous concentrons sur notre trajectoire et nous surveillons l'évolution de la météo pour trouver les moyens d'aller aussi vite que possible sans rallonger la route ».

Après 26 jours de navigation, au classement établi à 10h46, le Maserati Multi 70 a un avantage de 1 515 nautiques par rapport à la feuille de route du détenteur du record. Il lui reste 2 684 milles à parcourir (sur les 13 000 nautiques initiales) jusqu'à la ligne d'arrivée à Londres.

févr.

13

HONG KONG-LONDRES / À MOINS DE 600 MILLES DE L'ÉQUATEUR

Après un bref ralentissement ce matin à l'aube, le Maserati Multi 70 vogue à nouveau à plein régime sur sa route vers la côte ouest de l'Afrique, avec une vitesse de plus de 28 nœuds et un vent du sud soufflant entre 14 et 17 nœuds.

Cette pause matinale a permis à l'équipage du trimaran de s'occuper du linge, comme l'a expliqué Soldini : « C'est le jour de la lessive, nous avons lavé nos chemises à l'eau de mer puis nous les avons rincées avec un peu d'eau fraîche (produite à bord à l'aide du dessalinisateur, ndlr). Aujourd'hui, le vent devrait être de retour et se stabiliser ; à l'heure actuelle, il souffle à 8,9 nœuds. Nous devons être patients ». Leur patience a été récompensée : le vent est arrivé quelques heures plus tard.

Ce matin, au classement de 8h30 UTC, le Maserati Multi 70 a 1 813 nautiques d'avance sur le détenteur du record. Il se trouve à moins de 600 nautiques de l'équateur, et à 4 254 nautiques de la ligne d'arrivée.

févr.

08

LE MASERATI MULTI 70 DANS L'ATLANTIQUE

Au cours de sa première journée dans l'Atlantique, le Maserati Multi 70 a navigué du 34e parallèle sud (latitude du cap de Bonne-Espérance) au 28e parallèle sud en profitant du vent du sud qui tournera d'abord pour venir du sud-est puis de l'est alors que le trimaran continue son chemin vers le nord dans « l'ascenseur pour l'Équateur ».

Par où franchir la « Ligne » et ce pot au noir avec ses terribles calmes ?

Comme Giovanni Soldini l'explique, c'est la question du jour : « Il est essentiel de bien étudier notre stratégie pour les prochains jours. On ne sait pas vraiment à quel endroit on devrait franchir l'Équateur ; généralement, on le passe autour de la longitude 27° O. Il est possible d'aller tout droit, à proximité de la côte africaine, mais les choses pourraient se compliquer la semaine suivante.

Avec Pierre (Lasnier, le routeur de l'équipe, ndlr), qui nous a aidés depuis la terre, nous faisons beaucoup de simulations pour trouver la meilleure solution. Les options sont nombreuses, mais malheureusement la météorologie n'est pas une science exacte. Nous devrons donc bien réfléchir au choix que nous ferons car il est crucial. »

« Nous prendrons une décision dans les prochaines 24/36 heures », conclut Giovanni Soldini.

À 9h00 UTC, le Maserati Multi 70 avait 798 nautiques d'avance.

févr.

04

LE MASERATI MULTI 70 A FRANCHI LE CAP DE BONNE-ESPÉRANCE

Après 16 jours, 1 heure et 37 minutes de navigation, c'est à 12h20 UTC que le Maserati Multi 70 a franchi le cap de Bonne-Espérance.

Après une nuit passée à lutter contre les vents faibles, le bateau a atteint l'Afrique du Sud il y a quelques heures, à l'aube, près du Cap des Aiguilles. Il s'agit de la pointe la plus au sud du continent africain, qui marque par accord géographique la limite entre l'océan Indien et l'océan Atlantique.

Juste après avoir passé le cap des Aiguilles, Giovanni Soldini et les quatre autres membres de l'équipage (Guido Broggi, Sébastien Audigane, Oliver Herrera Perez et Alex Pella) ont trouvé un vent favorable pour contourner le cap de Bonne-Espérance, qui ne représente pas seulement un virage symbolique à mi-chemin entre Hong Kong et Londres.

« C'est une magnifique journée, il y a du soleil et du vent. Nous sommes très heureux d'arriver ici, à plus de la moitié du parcours, en seulement seize jours. C'est une excellente moyenne obtenue grâce à une excellente navigation, un excellent bateau et un excellent équipage. Nous espérons continuer sur cette voie », confie Giovanni Soldini.

En 2008, Lionel Lemonchois et son équipage, qui détiennent actuellement le record de la route Hong Kong-Londres, avaient navigué 21 jours avant de franchir le cap de Bonne-Espérance.

févr.

03

GIOVANNI SOLDINI ET L'ÉQUIPAGE DU MASERATI MULTI 70 À MOINS DE 48 HEURES DU CAP DE BONNE-ESPÉRANCE

Une tempête provenant des quarantièmes rugissants arrive, avec des rafales de 35 nœuds

La deuxième semaine de navigation du Maserati Multi 70 s'achève à 800 nautiques du cap de Bonne-Espérance, avec un avantage de 564 nautiques sur la feuille de route du record à battre.

« Nous traversons actuellement une crête de haute pression qui nous ralentit. Nous naviguons à bâbord avec des faibles vents d'est, au cap 240. Dès que le vent viendra du nord-est, nous virerons de bord, a expliqué Giovanni Soldini ce matin au téléphone. Nous essaierons de sortir rapidement de ce front. C'est pourquoi il est important de bien se positionner vers le sud, afin de quitter le front avec le meilleur angle pour se diriger vers l'Afrique du Sud.

Le problème avec ces fronts, c’est que le vent peut changer en seulement dix minutes, même avec une rotation de 180 degrés, poursuit Soldini. Dans ce cas, nous attendons des vents du nord avec des rafales de 30/35 nœuds avant le front, puis une fois que nous l'aurons passé, le vent soufflera du sud. Mais pendant de nombreuses heures, nous naviguerons avec la classique houle du nord et le vent du sud, nous devrons donc bien mesurer notre vitesse pour éviter les dommages. »

À l'issue de la deuxième semaine de navigation sur la route du record entre Hong Kong et Londres, le Maserati Multi 70 a parcouru 5 756 des 13 000 nautiques de la trajectoire théorique (pour une vitesse moyenne de 18,1 nœuds). Mais en réalité, il a parcouru une distance de 6 364 milles à une vitesse moyenne de 20 nœuds.

févr.

01

POUSSÉ PAR LES ALIZÉS, LE MASERATI MULTI 70 VOGUE À VIVE ALLURE DANS L'OCÉAN INDIEN

Après une semaine de navigation et 2 570 nautiques parcourus, l'avance sur le record précédent s'élève à 741 nautiques

La deuxième semaine du record entre Hong Kong et Londres débute dans l'océan Indien, sous le 15e parallèle sud. Depuis hier, l'équipage navigue à pleine vitesse au portant dans les alizés, sur la route menant directement en Afrique du Sud. Au classement établi ce matin à 7h06 UTC, le trimaran Maserati Multi 70 enregistrait une vitesse moyenne d'environ 30 nœuds, un avantage de 741 nautiques sur le record précédent et une distance de 4 000 nautiques par rapport au cap de Bonne-Espérance, où se trouve la prochaine balise flottante de la route Hong Kong-Londres.

« La première semaine s'est très bien déroulée, se réjouit Giovanni Soldini, skipper du Maserati Multi 70. Nous vivons en harmonie à bord, il y a une très bonne ambiance entre nous. Nous avons bien navigué et Neptune était de notre côté. Nous sommes entrés dans les alizés hier soir vers 18h UTC puis nous avons immédiatement accéléré. Hier, nous avons passé la journée à lutter contre de violentes bourrasques et à manœuvrer le gennaker, mais nous sommes heureux car nous avançons rapidement et je pense que nous allons parcourir une longue distance dans les jours à venir. »

janv.

25

Maserati Multi70 - Vista laterale

LE MASERATI MULTI 70 À MOINS DE 300 MILLES NAUTIQUES DU DÉTROIT DE LA SONDE

Après quatre jours de navigation, l'équipage a parcouru 1 635 nautiques à une vitesse moyenne de 18,9 nœuds, s'assurant une avance de 468 nautiques sur le record précédent

Giovanni Soldini et l'équipage du Maserati Multi 70 ont franchi l'Équateur ce matin à 03h13 UTC. Après presque quatre jours de navigation, la cartographie indique aujourd'hui à 07h04 UTC qu'ils ont parcouru les 1 408 premiers nautiques du parcours théorique, à une vitesse moyenne de 16,2 nœuds. Dans les faits, ils ont en réalité parcouru 1 635 nautiques à une vitesse moyenne de 18,9 nœuds, s'assurant une avance de 468 nœuds sur le temps de référence établi par Lionel Lemonchois, le skipper du Gitana 13.

« À bord, l'heure est à l'optimisme. Nous sommes tous concentrés et motivés, affirme Giovanni Soldini, skipper du Maserati Multi 70. Par rapport aux simulations d'itinéraire effectuées au début, nous avons gagné environ quinze heures. Nous avons traversé la pire zone de la bulle de vents faibles hier. Ensuite, pour rester dans l'anticyclone, nous avons dû continuer à empanner vers le détroit de la Sonde, où nous devrions arriver dans une quinzaine d'heures (le 22 janvier à environ 22h UTC).

Enfin, une fois le détroit passé, nous verrons comment rejoindre les alizés du sud-est dans l'océan Indien, explique Soldini. Nous savons que la route est encore longue, mais l'idéal serait d'y arriver avec une avance sur le record, car nous savons que Lionel Lemonchois a beaucoup avancé sur les quatre premiers jours dans l'océan Indien. »

janv.

22

Maserati Multi70 - Side view

ROUTE HONG KONG-LONDRES : C'EST PARTI !

Pour battre le record, le trimaran devra franchir la ligne d'arrivée, située sous le pont de la Reine Elizabeth II surplombant la Tamise, avant le 1er mars

« C'est enfin le départ, confie Giovanni Soldini, skipper du Maserati Multi 70. La décision a été difficile à prendre car les conditions météorologiques ne sont pas idéales, mais nous ne voyons pas de meilleure opportunité dans les prochains jours. D'un point de vue technique, pour le moment, il y a au niveau de l'Équateur une bulle sans vent qu'il nous faudra traverser. Nous espérons que les conditions auront changé et qu'elles seront plus clémentes lorsque nous arriverons là-bas. Au cours des premiers jours, nous ferons de notre mieux pour rester au large, mais il y a plus de vent vers les côtes vietnamiennes, nous essaierons donc de trouver un compromis entre la nécessité d'aller vite et l'attention à porter à la myriade de réseaux et de bateaux de pêcheurs locaux qui n'ont même pas de feux de navigation. Le bateau est prêt, nous sommes motivés et nous essaierons toujours de faire de notre mieux. »

janv.

18

© Pitsfoto - 2018
Rester en contact
Enregistrez-vous ici pour recevoir les dernières nouveautés concernant Maserati
Veuillez remplir tous les champs obligatoires.
Données personnelles
*
*
*
*
Please enter a valid email address
* Champs obligatoires
Trouver votre site local