Ce site web utilise des cookies de profilage de tiers pour fournir des services correspondant aux préférences que vous révélez lorsque vous y naviguez. En continuant à naviguer sur ce Site web, vous consentez à l’utilisation de ces cookies. Si vous souhaitez vous y opposer, veuillez lire les instructions incluses dans notre Politique de cookies.
Autoriser tous les cookies

Giovanni Soldini et l'equipage de Maserati Multi 70 sont partis a la conquete du record sur la route Hong Kong-Londres

Maserati Multi 70

18 janvier 2018 - Peu après le coucher de soleil en Chine, sous un ciel nuageux et avec un vent léger, le trimaran Maserati Multi 70 a quitté Hong Kong pour partir à la conquête du record établi par Gitana 13 en 2008. Le représentant du World Sail Speed Record Council, l'organisation chargée de valider les records océaniques, a déclenché le chronomètre à 10 heures, 43 minutes et 23 secondes UTC (18.43 en Chine en Chine, 11.43 en Italie) quand Maserati Multi 70 a franchi la ligne de départ positionnée entre les phares de Tai Long Pai et de Nga Ying Pal, à la sortie du canal de Tathoong, accès oriental au port de Hong Kong.

Maserati Multi 70 Crew

Pour battre le record du maxi catamaran de 32,50 mètres (41 jours, 21 heures et 26 minutes) Giovanni Soldini et l'équipage du trimaran Maserati Multi 70 de 21,20 mètres de long - Guido Broggi, Oliver Herrera Perez, Alex Pella et Sébastien Audigane - doivent boucler le parcours et couper la ligne d'arrivée sous le pont Queen Elizabeth II dans l'estuaire de la Tamise avant le 1 mars, à 8 heures, 9 minutes et 47 secondes (UTC).

Avec une distance totale de 13’000 miles nautiques (environ 24’000 kilomètres) en suivant la route orthodromique la plus courte et en passant par le cap de Bonne-Espérance, le parcours de la Route du Thé entre Hong Kong et Londres commence par la descente de la mer de Chine méridionale. "La situation météorologique a été très instable ces derniers jours'', explique Pierre Lasnier, le routeur du team Maserati Multi 70 qui suivra le record à terre. ''Elle s'est clarifiée un peu selon les derniers modèles. En partant aujourd'hui, nous avons presque la certitude de trouver un vent moyen de NE entre 17 et 18 noeuds d'intensité et ce pour les trois prochains jours, c'est assez pour descendre jusqu' à 5°N, sous la pointe sud du Vietnam. Mais ils ne pourront pas faire la route directe, ils devront tirer des bords au vent arrière pour descendre vers le Sud. "

Maserati Multi 70 - Giovanni Soldini

''Finalement, nous sommes partis", explique Giovanni Soldini, le skipper de Maserati Multi 70, ''ça n'a pas été une décision facile à prendre, car la météo n'est pas vraiment idéale, mais nous ne voyons pas d'autres fenêtres utiles dans les prochains jours. Du point de vue technique, en ce moment à l'équateur, il y a une bulle sans vent que nous devrons traverser. Nous espérons que les conditions auront évolué quand nous arriverons dans cette zone et qu'elles soient clémentes avec nous. Les premiers jours, nous allons essayer  de rester au large, en eaux profondes, mais il y a plus de vent près de la côte du Vietnam, nous allons devoir trouver des compromis entre la nécessité d'aller vite et la vigilance à cause de la myriade de filets et de petits bateaux de pêche locaux qui n'ont souvent pas de feux de navigation. Le bateau est prêt, nous sommes motivés et on va tout donner pour faire de notre mieux."

Même enthousiasme et envie de naviguer pour l'Espagnol Alex Pella qui, bien qu'il connaisse déjà Maserati Multi 70 et son équipe, court pour la première fois à bord du trimaran: "Nous sommes tous super heureux et motivés, les périodes de stand-by sont toujours un peu compliquées et stressantes, surtout à Hong Kong, loin de chez soi. Avant le départ on ne sait jamais vraiment quand sera le jour J, cette fois on y est, c'est à nous jouer maintenant."

De la Great Tea Race de 1866 au record de Gitana 13 
Le record Hong Kong-Londres retrace la route suivie par les clippers qui transportaient le thé de la Chine à l'Angleterre dans la seconde moitié du XIXe siècle. La célèbre Great Tea Race en 1866 a vu s'affronter cinq des clippers les plus modernes et les plus rapides de l'époque. La course a été très suivie, elle s'est terminée dans un mouchoir de poche avec les trois premiers concurrents qui ont remonté la Tamise avec la même marée et accosté aux docks de Londres à quelques heures d'intervalle, après 99 jours de navigation.

Philippe Monnet a été le premier navigateur à améliorer le temps des clippers sur cette route: en 1990, il terminae le parcours en 67 jours, 10 heures et 26 minutes à bord d'un trimaran de 60 pieds.
En 2008, le skipper Lionel Lemonchois à bord de Gitana 13, un maxi catamaran de 100 pieds (32,5 mètres) manœuvré par un équipage de dix personnes, a établi le record actuel: 41 jours, 21 heures et 26 minutes .

Les difficultés sur la route Hong Kong-Londres

Parmi les différents records océaniques officiels du World Sailing Speed Record Council, la route théorique de 13 000 miles entre Hong Kong-Londres en fait le troisième record le plus long après la circumnavigation de la planète et le trajet New York-San Francisco.

Hong Kong – Détroit de la Sonde: 1’700 milles

Entre Hong Kong et le détroit de la Sonde qui sépare Java et Sumatra et représente la porte d'entrée dans l'océan Indien, traverser la mer de Chine méridionale et la mer de Java s'apparente à effectuer un slalom entre d'innombrables îles coralliennes dans une zone de trafic maritime toujours très intense. De plus, dans cette première partie du parcours, il faut franchir l'équateur, une zone caractérisée par le manque de vent et une grande instabilité météorologique.

Détroit de la Sonde - Cap de Bonne-Espérance: 5’000 milles

La traversée de l'océan Indien entre le détroit de la Sonde et le cap de Bonne-Espérance est longue de 5 000 milles. En grande partie, jusqu'au Sud de Madagascar, la route reste sous des latitudes tropicales où les alizés venant du Sud-Est sont synonymes d'allures portantes mais peuvent aussi être perturbés par la formation de cyclones tropicaux. Ensuite, pour contourner la partie australe du continent africain, il faut entrer dans les latitudes tempérées où passent les dépressions générant des vents dominants soufflant d'Ouest. Autour de l'Afrique du Sud et jusqu'au Cap de Bonne Espérance, la navigation est rendue encore plus difficile par la présence de forts courants marins.

Cap de Bonne-Espérance - Equateur: 2’800 milles

La remontée de l'Atlantique Sud entre le cap de Bonne-Espérance et l'Equateur est influencée par la position de l'anticyclone de Sainte-Hélène. Selon le schéma classique, la route reste sur le bord est de la haute pression jusqu'à ce qu'elle atteigne les alizés du Sud Est qui poussent vers le Nord.

Equateur - Londres: 3’500 milles

Une fois franchi l'équateur, la première difficulté rencontrée en Atlantique Nord est de nouveau le passage dans la zone des calmes equatoriaux, le fameux pot au noir appelé aussi zone de convergence intertropicale (ZCIT) par les météorologues. Une fois sorti de cette zone d'instabilité, la route continue vers le Nord dans les alizés soufflant du Nord Est. La position et la vigueur de l'anticyclone des Açores déterminent la route la plus rapide à suivre jusqu'à l'entrée de la Manche, un passage compliqué par le passage possible des dépressions hivernales. 
Le chronomètre sera arrêté quand Maserati Multi 70 passera sous le pont Queen Elizabeth II, au fond de l'estuaire de la Tamise.

 

Pour suivre le défi en direct, visitez la cartographie sur maserati.soldini.it/cartography/

Ce défi est supporté par Maserati, main sponsor qui donne le nom au trimaran, par Aon en qualité de co-sponsor et par Ermenegildo Zegna, fournisseur officiel pour les vêtements.

Un grand merci aussi à Boero Bartolomeo S.p.A. et Contship Italia Group.

 

Essai sur route

Recherchez le distributeur le plus proche
Find your local website