Ce site web utilise des cookies de profilage de tiers pour fournir des services correspondant aux préférences que vous révélez lorsque vous y naviguez. En continuant à naviguer sur ce Site web, vous consentez à l’utilisation de ces cookies. Si vous souhaitez vous y opposer, veuillez lire les instructions incluses dans notre Politique de cookies.
Autoriser tous les cookies

Maserati célèbre le 60ème anniversaire de l'Eldorado

1958 - Maserati Eldorado

La première monoplace sponsorisée en Europe est entrée dans l'histoire

Il y a exactement 60 ans, Maserati a écrit une page importante de l'histoire du sport automobile : le nom du sponsor, « Eldorado » était bien visible sur une monoplace Maserati. Il s’agissait du premier parrainage dans une compétition en Europe. Aujourd'hui, le sponsoring dans le sport automobile est entré depuis longtemps dans les mœurs. Le nom du fabricant de glaces n’était pas le seul élément surprenant : pour souligner la délicatesse de ce produit, la Maserati arborait une couleur crème inhabituelle. Jusqu'alors, dans les compétitions au niveau international, les voitures de course italiennes étaient en peintes en rouge, la couleur de l’Italie décidée par la Fédération internationale. Il s’agissait d’une véritable rupture dans le monde de la course automobile, qui a rapidement représenté un précédent pour d'autres constructeurs.

410 ch à 8.000 tours par minute

L'homme à l’origine de cette initiative était Gino Zanetti, le propriétaire de la marque Eldorado. Déterminé à mieux faire connaître sa marque sur la scène internationale, ce dernier s’était tourné vers Maserati en 1958. Le constructeur de voitures de sport avait remporté le championnat du monde de Formule 1 l'année précédente avec Juan Manuel Fangio et avait été chargé de développer une monoplace pour la compétition du « Trofeo dei due Mondi » à Monza. De plus, l'Automobile Club italien avait organisé une course de 500 milles sur le circuit d'Indianapolis aux Etats-Unis, où les meilleurs pilotes d'Europe et d'Amérique du Nord s'affronteraient.

En quelques mois, Giulio Alfieri, directeur du développement de Maserati, créa la Maserati 420/M/58 « Eldorado » (numéro de châssis 4203). Le moteur dérivait du V8 de la 450S, porté à 4 190 cm³. Sa puissance était de 410 ch à 8 000 tr/min ; le moteur et la transmission étaient décalés de neuf centimètres vers la gauche. L'objectif de cette solution était d'obtenir une répartition plus équilibrée du poids, en tenant compte de la direction des virages du circuit de Monza. La boîte de vitesse n'avait que deux rapports, et l'essieu arrière De-Dion était sans différentiel. Le châssis tubulaire, dérivé de la 250F, avait été renforcé avec de nombreux éléments pour résister aux contraintes mécaniques élevées du circuit de Monza.

1958 - Maserati Eldorado

Le début de l'Eldorado 1958

Afin de réduire le poids de la monoplace, la voiture était équipée de jantes en magnésium 18’’ Halibrand avec des pneus gonflés à l’hélium. La carrosserie en aluminium, fabriquée à la main par Fantuzzi, était caractérisée par une ailette aérodynamique placée derrière l’habitacle et une prise d’air imposante sur le capot. Le véhicule pesait au total 758 kilogrammes.

Le 29 juin 1958, l'Eldorado fit ses débuts sur le circuit de Monza avec le célèbre pilote de Formule 1 Stirling Moss au volant. La course était tenue en trois manches ; le Britannique termina quatrième et cinquième avant de se retirer au cours de la dernière manche en raison d'un accident. À la fin des trois manches, l’Eldorado et son pilote Moss étaient en septième position.

Sur la base des conclusions de la course, la monoplace fut modifiée par le carrossier Gentilini. L’aileron arrière fut supprimé et la prise d’air sur le capot fut réduite. Avant d'être envoyée à Indianapolis en 1959, la voiture fut peinte en rouge - toujours avec le nom de son sponsor, Eldorado, et le logo du cowboy. La Maserati 420/M/58 était pilotée par Ralph Liguori, un pilote inexpérimenté. Peu à l’aise au volant de cette monoplace, ce dernier rata les qualifications. Avec un pilote professionnel, un résultat différent aurait certainement été possible, mais ceci est une autre histoire… C'est pourquoi le palmarès de Maserati à l’Indy 500 se limite aux deux victoires légendaires de Wilbur Shaw au volant de sa Maserati 8CTF en 1939 et 1940. À ce jour, Maserati est le seul constructeur automobile italien à avoir remporté cette compétition et le seul en Europe à avoir triomphé deux fois de suite.

La Maserati 420/M/58 « Eldorado », parfaitement restaurée dans sa couleur blanche originale fait partie de la Collection Panini installée à Modène.

Principales spécifications techniques:
Type : Monoplace Indy
Moteur : 90° V8
Cylindrée : 4.190 cm³
Puissance : 410 ch à 8.000 tours/min
Transmission : manuelle à deux vitesses
Châssis : structure tubulaire, carrosserie en aluminium
Poids : 758 kg
Vitesse maximale : supérieure à 350 km/h

Essai sur route

Recherchez le distributeur le plus proche

Ghibli : Consommation normale (l/100 km) combiné: 7,6 – 11,8; Équivalent d’essence ( l/100 km): 8,7; Émissions de CO₂ (g/km) combiné**: 199 – 268; Catégories de consommation du carburant: G – G; Émissions de CO₂ dues à la production de carburant et/ou d’électricité (g/km): 34 – 62

Levante: Consommation normale (l/100 km) combiné: 8,2 – 11,9; Équivalent d’essence ( l/100 km): 9,3; Émissions de CO₂ (g/km) combiné**: 216 – 270; Catégories de consommation du carburant: G – G; Émissions de CO₂ dues à la production de carburant et/ou d’électricité (g/km): 36 – 63
V8 Levante Trofeo*: Consommation normale (l/100 km) combiné : 13,2 – 13,7; Émissions de CO₂ (g/km) combiné*: 308 – 319: Catégorie de conssommation du carburant : G  

Quattroporte: Consommation normale (l/100 km) combiné: 7,6 – 11,8; Équivalent d’essence ( l/100 km): 8,7; Émissions de CO₂ (g/km) combiné**: 199 – 268; Catégories de consommation du carburant: G – G; Émissions de CO₂ dues à la production de carburant et/ou d’électricité (g/km): 34 – 62

Granturismo: Consommation normale (l/100 km) combiné: 13,8; Émissions de CO₂ (g/km) combiné**: 313; Catégorie de consommation du carburant: G; Émissions de CO₂ dues à la production de carburant et/ou d’électricité (g/km): 73

Grancabrio: Consommation normale (l/100 km) combiné: 14,5; Émissions de CO₂ (g/km) combiné**: 328; Catégorie de consommation du carburant: G; Émissions de CO₂ dues à la production de carburant et/ou d’électricité (g/km): 76

--

* Homologation pas encore terminée
** L’émission de CO₂ moyenne de tous les types de véhicules proposés en Suisse (toutes marques confondues) est de 137 g/km